Deuxième étape du MFNU : le débat formel

Après le débat informel, vient le débat formel, en commission et qui doit respecter un certains nombre de règles et de procédures. Il est indispensable que celles-ci soient connues et acceptées. Il faut connaître la terminologie, les techniques et tactiques de plaidoyer et savoir manier l’art oratoire. La connaissance du sujet à débattre doit être approfondie : les rôles de chacun sont clairement définis et maîtrisés, chaque argument doit être étayé de preuves et d’exemples concrets et chaque opinion doit absolument être justifiée. Un projet de résolution suit plusieurs étapes, après avoir été élaboré, corrigé et/ou amendé après discussion, il sera dactylographié puis reproduit pour diffusion.

 

Des règles à respecter 

Les décisions de la Présidence sont irrévocables.

Seuls la Présidence, un membre de l’assemblée nommé par la Présidence sur un point particulier ou le délégué à la barre sont autorisés à parler.

Tous les délégués, y compris ceux qui soulèvent un point particulier, doivent se lever pour s’exprimer et s’adresser d’abord à la Présidence.

La Présidence peut, si les circonstances le justifient, augmenter ou réduire la durée du débat ainsi que les temps de parole et limiter le nombre de points d’information.

À l’exception d’une décision de la Présidence, il ne saurait y avoir ni suspension des règles ni changement dans le déroulement du débat.

 

Le déroulement d’un débat formel

La Présidence demande le calme à l’assemblée.

La Présidence invite le porte-parole de la résolution à lire les clauses de celle-ci à voix haute devant l’assemblée.

La Présidence fixe une durée de débat, par exemple 10 minutes en faveur de la résolution et 10 minutes contre. C’est une moyenne pour une séance de 45 minutes, si l’on intègre toutes les procédures à savoir la lecture de la résolution, les points d’information, les points de procédure, le vote etc. Ce décompte n’autorise pas toujours de longues discussions sur d’éventuels amendements.

La Présidence donne la parole au porte-parole de la résolution, qui la défend, puis il peut accorder la parole pour les points d’information c’est-à-dire les réponses aux questions des membres nommés par la Présidence. Les points d’information doivent être formulés sous la forme de questions. Le temps de la question n’est pas pris en compte dans la durée du débat, en revanche le temps de la réponse l’est. L’intervenant peut garder la parole pendant tout le débat, il peut aussi la donner pendant le débat à un autre membre favorable à la résolution ou encore il peut céder la parole une fois son propos achevé sans désigner le délégué suivant. Une fois qu’il a cédé la parole, aucune autre demande de complément d’information ne peut lui être adressée.

Si le délégué cède la parole sans désigner son successeur, la Présidence peut habiliter tout autre membre de l’assemblée qui désire s’exprimer en faveur de la résolution. Cette procédure est utilisée jusqu’à la fin du débat.

Lorsque le temps du débat en faveur de la résolution est écoulé, la Présidence invite le délégué à céder la parole. La présidence ouvre alors le débat aux membres qui souhaitent s’exprimer contre la résolution.

La Présidence habilite un membre de l’assemblée à s’exprimer contre la résolution. La procédure utilisée par les opposants est la même que celle utilisée par les défenseurs.

Quand le temps imparti est écoulé, la Présidence peut, selon les circonstances, proposer un temps supplémentaire ou clore le débat et soumettre la résolution au vote. Une fois que le débat est clos, toute question, excepté les points de procédure relatifs au déroulement du vote, est interdite. Le vote s’opère normalement en levant la pancarte du pays représenté.

La Présidence poursuit le vote en comptant le nombre de voix pour, le nombre de voix contre et le nombre d’abstentions. Une simple majorité est généralement requise pour l’adoption ou le rejet d’une résolution, les abstentions ne sont pas prises en compte. La Présidence annonce le résultat du vote.

Les amendements : Tout délégué disposant de la parole, peut proposer d’amender la résolution, en ajoutant, en supprimant, ou/et en insérant n’importe quel mot, phrase ou clause dans les clauses opérationnelles. L’esprit et l’objectif de l’amendement doivent être conformes à ceux de la résolution originale et sont destinés à améliorer ou à éclaircir un élément de la résolution. Une copie de l’amendement proposé doit être soumis préalablement par écrit à la Présidence. Il est lu, puis débattu selon la même procédure que la résolution principale. Si le vote est favorable, l’amendement devient une part intégrante de la résolution. Le débat reprend ensuite à l’endroit où il a été interrompu. Le délégué qui a proposé l’amendement conserve la parole, si ce dernier est rejeté.

 Consultez ce résumé simplifié du déroulement du débat formel

 

Le lexique à connaître

La Présidence (le Président) : son rôle est très important. Il conduit le débat et préserve le calme tout en restant totalement impartial.

L’assemblée : tous les membres de la classe sauf le Président.
Le porte-parole : la personne qui propose la résolution au débat, sous la forme d’un projet de résolution.

La résolution : la proposition soumise au débat et au vote en fin de procédure.

Un point d’information : une question formulée par un membre de l’assemblée, dûment habilité par la Présidence, et adressée au délégué qui a la parole ou à la Présidence.

Un point de procédure : une question adressée à la Présidence par un membre de l’assemblée qui considère qu’une erreur a été commise dans le déroulement du débat ou qui sollicite une explication relative aux procédures.

Prendre la parole : avoir été autorisé à s’exprimer au cours du débat.

Céder la parole : laisser temporairement ou complètement la parole pour que soit posée une demande de complément d’information.

 

 Comment s’exprimer durant les débats ?

La Présidence et les membres du forum doivent être courtois entre eux et respecter le protocole dans la prise de parole. Pour cela, il faut que chaque élève apprenne les tournures de phrases et le vocabulaire présentés ci-après :

Chaque discours commence par : « Monsieur (ou Madame) le Président, Mesdames et Messieurs, membres de la commission… ».
Tous les autres délégués sont désignés à la 3ème personne du singulier. Ex : un point d’information devrait commencer par : « Le délégué a-t-il conscience que…. » et jamais par : « Pensez-vous que… » et au cours d’un discours, un délégué ne doit pas dire : « X, tu as dit…. », mais « Ainsi que le représentant de (nom du pays) l’a dit devant la commission… ».

Les membres du forum doivent employer les formules suivantes :

Monsieur / Madame le Président

Le délégué de (nom du pays) sollicite / requiert la parole

Le délégué de (nom du pays) souhaiterait prendre la parole

Le délégué de (nom du pays) soulève un point d’information / un point de procédure

Le délégué de (nom du pays) souhaite s’exprimer en faveur de / contre cette motion, cette résolution ou cet amendement parce que…

Le Président / le délégué a-t-il conscience que… ?

Le délégué est-il d’accord (en désaccord) avec le délégué de (nom du pays) sur… ?

Le délégué a précisé dans son discours…

Le délégué est-il conscient que… ?

Le délégué de (nom du pays) cède la parole à …

Le délégué de (nom du pays) propose d’amender la résolution en supprimant / en insérant / en ajoutant les mots…

Le délégué de (nom du pays) recommande au conseil / au comité d’apporter son soutien en votant pour / contre cette motion / cet amendement / cette résolution

 

Le seul moyen de communiquer pendant les débats formels : les messages

Lors des débats formels menés par la Présidence, les discussions entre les délégués doivent s’arrêter. L’attention de chacun est ainsi portée sur le projet de résolution débattu au sein de la commission. Toutefois, il est permis à tout délégué de communiquer avec d’autres par l’intermédiaire des messages, transmis par les messagers.

Chaque délégué reçoit un bloc-notes sur lequel il va pouvoir écrire ses messages. Celui-ci doit, avant de rédiger son message, écrire clairement les nom de sa délégation et de la dé la délégation destinataire, afin de faciliter auprès des messagers les transferts de messages. Seuls les messages concernant les sujets débattus sont transmis à leurs destinataires par les messagers ; les autres messages sont automatiquement apportés à la Présidence qui peut alors exprimer un rappel à l’ordre.

 

D’après le Guide d’instruction (modifié).

Une réflexion au sujet de « Deuxième étape du MFNU : le débat formel »

  1. Ping : Deuxième étape du MFNU : le débat formel | Objectif MFNU au LFHED

Laisser un commentaire qui sera publié après vérification

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s